Accueil » Vedette » Historique de l’Association des Parkinsoniens de la Loire

  L’Association est créée en 1993 par Georges SAUVIGNET, jeune directeur commercial, marié et père de deux petites filles, diagnostiqué atteint de la maladie de Parkinson à l’âge de 30 ans. Il est contraint de quitter son activité professionnelle une dizaine d’années plus tard. Après une période de dépression, fréquente dans cette maladie, il  rebondit et décide de créer une association pour aider d’autres malades.

 Les statuts de l’Association sont déposés le 18 octobre 1993 et publiés au Journal Officiel le 3 novembre. Le siège social est fixé au domicile de Georges. L’association démarre avec 31 adhérents. Elle est rattachée à la Fédération des Groupements de Parkinsoniens, fondée à Nantes par Marcel BESNARD, parkinsonien lui aussi. Georges, vite remarqué pour son dynamisme, deviendra rapidement membre du Bureau de la Fédération et chargé de la Recherche au niveau national.

 La Fédération, comme l’Association de la Loire, sont gérées par des malades, tous bénévoles.  Les Présidents sont obligatoirement des malades ou conjoints de malades.

 Une première réunion publique a lieu le 24 juin 1994 avec la remise d’un chèque au Professeur LAURENT, neurologue au CHU de Saint-Etienne, pour ses études sur les mémoires implicites de  la maladie de Parkinson, en présence de Marcel BESNARD, président de la Fédération.

LE DÉVELOPPEMENT

 Le 14 juin 1996, une conférence sur « L’importance de la kinésithérapie dans la maladie de Parkinson » attire 60 personnes.

 Le 24 octobre 1997, en collaboration avec Pierre LEBRUN, responsable du Comité local France Parkinson, une conférence du Professeur LAURENT rassemble 100 personnes. Fin 1997, l’association compte 54 adhérents.

 L’état de santé de Georges s’est terriblement aggravé, il s’est décidé à tenter l’opération de neurostimulation sous-thalamique. Elle a lieu en Février 1998. C’est une réussite ! Après l’angoisse partagée avec ses proches, c’est une explosion de joie quand il revient transformé. Il n’hésite pas à dire qu’« il commence une nouvelle vie, même si celle-ci ne tient qu’à un fil », ajoute-t-il avec humour, celui qui relie à la pile les électrodes implantées dans le cerveau.

 Saint-Etienne est situé très au sud du département de la Loire. Les adhérents de la moitié nord ne peuvent pas venir à l’association. Conscient de cette situation, Georges Sauvignet décide la création d’un groupement à Roanne qui devient le Groupement de Parkinsoniens du Roannais. Il fonctionne de façon autonome, sous la présidence de Gisèle PURAVET.

Le 11 avril 1999 est une date marquante dans la vie de la jeune association. Georges Sauvignet et Pierre Lebrun organisent, pour la 3ème Journée mondiale de la maladie de Parkinson, une grande réunion d’information, avec l’intervention des plus éminents neurologues de la région Rhône-Alpes : les Professeurs Pierre POLLAK et Alim-Louis BENABID , du CHU de Grenoble et Emmanuel BROUSSOLLE  de l’Hôpital neurologique de Lyon. Cette journée réunira 900 personnes venues de toute la France, et même de Belgique, Scandinavie, Canada. Les subventions obtenues des laboratoires, par le talent de commercial de Georges, ont permis de couvrir tous les frais et de remettre un chèque à chacun des Professeurs pour leurs programmes de recherche.

Georges et Eva, venue de Belgique

Georges et Eva, venue de Belgique

 En Mai 2000, bouleversés par l’état de santé d’une jeune lyonnaise en attente de neurostimulation, une campagne de pétitions est lancée pour demander au gouvernement d’augmenter les crédits attribués aux hôpitaux pratiquant cette intervention, le délai d’attente étant de plusieurs années. 8.000 pétitions sont recueillies dans toute la France, dont 1200 par l’association de la Loire. Elles seront suivies d’effet, les crédits augmenteront, 15 hôpitaux ont obtenu l’agrément.

 Le 20 décembre 2000, l’association est reconnue « Association de Bienfaisance », ce qui permet aux adhérents et donateurs une déduction de 60 % sur le montant de leur impôt sur le revenu (66 % actuellement).

J. Wintzer

J. Wintzer

 Après l’Assemblée Générale du 5 Janvier 2001, intervient un changement de présidence. Georges Sauvignet, ayant accompli un septennat dans des conditions de santé parfois très difficiles, a décidé volontairement de passer la main, mais il reste vice-président. Jacqueline WINTZER-PLANTE accepte de lui succéder.

poterie

poterie

 Avec le développement de l’association qui compte maintenant 80 adhérents, un local devient indispensable. Il sera inauguré le 24 avril 2002. Des permanences bi-hebdomadaires sont mises en place, ainsi que des activités : poterie, art floral, taï-chi, si bénéfique aux parkinsoniens, chant, initiation à l’informatique, yoga, groupe de parole. Des conférences ont lieu chaque mois avec des professionnels compétents. Des sorties sont organisées.  Des repas avec animations remportent un grand succès.


La Madeleine, conteuse

La Madeleine, conteuse

En 2003, c’est le 10ème anniversaire de l’association. Il est célébré à l’occasion de l’Assemblée Générale de la Fédération accueillie par la Loire.  Une soirée festive fait se succéder des prestations variées, tous les acteurs se produisent gratuitement, dont le célèbre funambule HENRY’S.

 En 2004, une Assemblée Générale extraordinaire entérine la décision de quitter la Fédération nationale.

Jean-Baptiste Morgado

Jean-Baptiste Morgado

En 2005, Jean-Baptiste MORGADO nous lance hardiment dans un super loto qui emplit une salle de 350 personnes. Il est reconduit chaque année en Février.

 C’est aussi en 2005 que nous entreprenons une collaboration avec l’Institut de formation en masso-kinésithérapie de St-Michel à Saint-Etienne, collaboration qui s’amplifiera au fil des années.

Saint-Michel Enseignement

UN GRAND TOURNANT DANS LA VIE DE L’ASSOCIATION

Cette année 2005 nous réserve une surprise de taille qui changera les perspectives de l’association : un legs aussi inattendu que bienvenu. Le généreux donateur est Monsieur Adrien GRANGER, agriculteur à Bas-en-Basset, en Haute-Loire, atteint de Parkinson et décédé en avril 2005.

Adrien Granger

Adrien Granger

 Ce legs va nous permettre de concrétiser un rêve : la création d’une Maison de vie, avec un accueil de jour spécialisé pour les malades atteints de Parkinson et autres maladies neurologiques dégénératives (à l’exception d’Alzheimer).

Jacky Fraisse

Jacky Fraisse

 Commence une longue recherche pour trouver le lieu répondant aux critères de superficie, de situation proche du centre ville, de proximité des transports en commun, avec facilité d’accès pour les fauteuils. C’est un administrateur, Jacky FRAISSE, qui le découvre, de plus en face d’une caserne de Pompiers ! C’était un magasin de motos Harley Davidson. C’est dire l’importance des travaux, surveillés chaque semaine par Georges Sauvignet et Jacky Fraisse.

 L’Assemblée Générale de 2007 a adopté un nouveau nom pour l’Association, en mémoire de Monsieur Adrien Granger: « Association des Parkinsoniens de la Loire – Maison de vie Adrien Granger ».

Aurelia POUJOIS

Aurelia Poujois

Professeur Pollak

Professeur Pollak

 L’association emménage dans le local flambant neuf le 27 mars 2008 et vient le jour de l’inauguration en grande liesse : le 12 avril 2008. Dès le matin, les invités se pressent pour visiter le local dont les dimensions et la modernité les surprennent. L’après-midi, la foule est dense pour l’inauguration officielle. Georges Sauvignet, dans son allocution, présente le prestigieux parrain de la Maison de vie : le Professeur Pierre POLLAK, « un des tout meilleurs neurologues mondiaux ». La marraine est le Docteur Aurélia POUJOIS, neurologue au CHU de Saint-Etienne « toujours disponible pour l’Association et dont la jeunesse représente l’avenir ».

L’association compte 140 adhérents. Grâce à la situation de son nouveau siège, elle enregistrera 48 nouvelles inscriptions au cours de la seule année 2008.

 A la suite de l’Assemblée Générale de 2008 se produit un nouveau changement de présidence. Jacqueline Wintzer-Planté a accompli elle aussi un lourd septennat. A cause de l’aggravation de son état de santé, elle demande à être remplacée. Georges SAUVIGNET reprend vaillamment le flambeau. La Maison de vie est de plus en plus fréquentée et va écrire de nouvelles pages de son histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *