Accueil » Evènements » La larme et la perle

Ghassem Abbassian, bénévole pour l’association, effectue également des traductions de poèmes Iraniens en français. Il nous propose un poème de Parvîn E’tesâmi, la meilleure poétesse des temps modernes. Fille d’un écrivain notable, elle naquit en 1906 et mourut prématurément en 1941.

 

     » N’avez-vous pas entendu dire qu’une larme un matin

            tomba de l’œil d’un orphelin ?

Elle fit un voyage inégal et pénible,

            tantôt courant tantôt tombant sur le chemin,

Tantôt obscure et tantôt pleine de lumière,

            tantôt cachée, tantôt visible à tous les yeux.

Le sol enfin la recueillant,

            elle rencontra sur la route une pierre précieuse.

« Quel est ton nom, dit-elle, quel est ton état ?

            – Qu’ai-je à faire, dit la gemme, de causer avec toi ?

Je suis un pur joyau, fait de substance immarcescible;

            toi tu n’es qu’un peu d’eau, tu es impure et vile.

Il n’est point d’amitié entre les riches et les pauvres,

            point de société des heureux et des misérables. »

La larme dit en souriant : « Ne te détourne point;

            nul ne doit sans raison tourner le dos aux gens.

Car celui qui créa les perles et les larmes

            à chaque être a donné quelque vertu, quelque rayon.

 Je suis une perle limpide qui sortit du trésor d’un cœur;

            les clés et les verrous sont sans pouvoir sur moi…

Du cœur aux yeux j’ai fait, moi, ce voyage,

            que nul autre ne saurait faire.

Des soupirs brûlants m’ont fait naître;

            je ne suis qu’un peu d’eau, mais j’ai surgi du feu.

Je parais n’être qu’une goutte, mais je suis une mer,

            et des tempêtes qui m’agitent nul œil n’est à l’abri.

Je me suis unie une nuit au désir,

            j’ai fait route un matin avec l’espérance.

Les souffrances subies dans le sombre royaume du corps

            ont tari mes couleurs;

Mon éclat cependant est plus vif que le tien,

            pâle comme je suis, si rouge que tu sois,

Car dans mon teint une âme se reflète,

            ma lumière est celle d’un cœur… »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *