Accueil » Adrien Granger

Monsieur Adrien Granger était agriculteur à Bas-en-Basset, dans le département de Haute-Loire.
Il a été atteint de la maladie de Parkinson alors qu’il était encore en activité. Nous ne l’avons pas connu, mais des échanges téléphoniques et des courriers ont eu lieu avec l’association. Il était sans enfant, ni frère, ni soeur. Il avait rédigé un testament olographe le 18 février 1998, déposé au rang des minutes d’un notaire. Par ce testament, il établissait comme légataire universelle la Maison de
retraite de sa commune, mais réservait un legs conséquent à l’Association des Parkinsoniens de la Loire.

Après le décès de sa femme, Monsieur Adrien Granger a terminé sa vie à la maison de retraite de Bas-en-Basset où il est décédé le 17 avril 2005. Notre surprise a été grande lorsque Georges Sauvignet, président, a reçu un courrier du notaire l’informant des dispositions prises par Monsieur Granger. Le Conseil d’Administration a établi une délibération stipulant que ce legs serait entièrement consacré à la réalisation d’une Maison de vie, comportant un accueil de jour spécifique pour les malades parkinsoniens.

La Maison de vie a été inaugurée solennellement le 12 avril 2008 et l’accueil de jour a ouvert en octobre de la même année. Le jour de l’inauguration, le Maire de Bas-en-Basset a répondu à notre invitation, ainsi que les plus proches voisins de Monsieur Granger. Une belle plaque, exprimant notre reconnaissance, a été plus tard déposée sur sa tombe, en présence du Maire très ému.

Par son geste généreux, Monsieur Granger réalise un bien immense, car la Maison de vie est très fréquentée. Le développement de l’association a été spectaculaire dès son installation dans le nouveau local, bien situé, disposant de deux grandes vitrines sur rue. 40 adhérents de plus dans la seule année 2008. Le chiffre de 200 a été dépassé pour l’Assemblée Générale 2012. L’accueil est chaleureux, l’ambiance très gaie. L’association vit comme une grande famille.

La photo de Monsieur Granger est exposée dans la première pièce du local. Souvent, en la regardant, nous lui redisons : MERCI.